L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
JE M'IDENTIFIE
Suivez-nous
MENU
Retraite > Les solutions pour augmenter sa retraite

Quelles solutions pour augmenter votre retraite ?

Dégradation des régimes obligatoires, allongement de la durée de cotisations, diminution du niveau des pensions... Pour limiter la baisse de revenus inévitable que vous subirez une fois retraité, diverses stratégies peuvent être envisagées.

9/22/16 |
| | | | |

Attention à la baisse des pensions !

La réforme des retraites de 2013, publiée en janvier 2014, prévoit d'allonger progressivement, entre 2020 et 2035, la durée d'assurance requise pour bénéficier d'une retraite à taux plein. En clair, les actifs nés à partir de 1958 devront cotiser plus longtemps que leurs aînés pour toucher une retraite non réduite.

Autre mesure défavorable, les pensions de base sont désormais revalorisées en octobre et plus en avril, en fonction de l'inflation réeelle et plus prévisionnelle. Elles ne seront pas révisées en 2016.

Les retraites complémentaires, elles, sont sous-indexées depuis 2013 (un point de moins que l'inflation)... et jusqu'en 2019. De plus, à compter de cette date, vous devrez attendre 63 ans minimum pour les liquider, faute de quoi vous subirez une minoration de 10% de leur montant pendant 3 ans.

Les évolutions à venir risquent d'amputer encore davantage les droits des futurs retraités, la proportion entre actifs et pensionnés ne permettant plus d'assurer l'équilibre des régimes obligatoires. Ce constat doit inviter chacun à examiner, tout au long de sa vie active, les moyens dont il dispose pour compléter ses revenus le moment venu.

Faites le plein de cotisations

Pour bénéficier d'une retraite à taux plein, vous devrez justifier de la durée d'assurance minimale prévue pour votre génération. A défaut, vous serez pénalisé car le taux de liquidation de votre retraite subira une décote et le montant de votre retraite sera réduit. En outre, vos retraites complémentaires seront alors également diminuées.

Si à l'heure de la retraite, vous êtes dans cette situation, mieux vaudra continuer à travailler pour cotiser plus et ainsi valider le nombre de trimestres de retraite requis pour votre année de naissance.

A moins que vous décidiez de partir en retraite progressive pour améliorer vos droits à la retraite en exerçant une activité à temps partiel tout en percevant une pension. Les conditions d'accès à ce dispositif sont assouplies depuis le 1er janvier 2015.

A l'inverse, si à l'âge de la retraite, vous avez validé le nombre de trimestres exigé pour liquider une retraite à taux plein mais que vous continuez à travailler, vous aurez droit à une majoration de votre retraite de base appelée "surcote" pour chaque trimestre supplémentaire travaillé au-delà de l'âge légal de départ en retraite (62 ans pour les générations de 1955 et après).

Pensez au rachat de trimestres

Pour permettre aux actifs (quel que soit leur statut) qui n'ont pas assez cotisé pour bénéficier d'une retraite à taux plein de compléter leur carrière, un dispositif de rachat de trimestres existe depuis 2004. Il permet de valider jusqu'à 12 trimestres au titre de vos années d'études supérieures et de vos années incomplètement cotisées.

Le coût des trimestres dépend de trois paramètres : l'âge (plus le rachat intervient tard, plus le trimestre est cher), le niveau de revenus et l'option de rachat choisie (rachat de taux seul ou du taux et de la durée d'assurance).

Les rachats permettent de percevoir une retraite à taux plein, donc une retraite complémentaire également non réduite. De plus, leur coût est en partie absorbé par la réduction d'impôt que l'opération procure dans la mesure où il est déductible des revenus imposables.

Jouez le cumul emploi-retraite

Travailler pendant la retraite, c'est possible. Et plus encore depuis le 1er janvier 2009, date d'entrée en vigueur de la loi du 17 décembre 2008 qui a supprimé un grand nombre de restrictions qui étaient en vigueur jusque là.

Ce dispositif permet à un retraité de reprendre un emploi après liquidation de sa pension, et d'augmenter ses revenus dans des proportions variables selon qu'il bénéficie d'une retraite à taux plein ou pas, et selon le régime dont relève l'activité reprise.

Attention, pour les retraites liquidées depuis 2015, la reprise d'activité ne permet pas de se constituer de nouveaux droits à la retraite (sauf retraite progressive). Pour celles liquidées avant 2015, en revanche, vous pouvez vous constituer de nouveaux droits si l'activité reprise relève d'un régime qui ne vous verse pas encore de pension.

Epargnez pour votre retraite

Quelle que soit la solution retenue pour améliorer vos droits à pension dans les régimes légaux de retraite (augmenter vos cotisations, reculer l'âge du départ en retraite, racheter des cotisations...), ce que vous toucherez sera faible par rapport à vos revenus d'actif en fin de carrière.

Pour améliorer la situation, il est important d'épargner durant votre vie active afin de vous constituer un revenu complémentaire à percevoir pendant vos vieux jours.

Perp, Préfon, Perco, Madelin... plusieurs supports d'épargne dédiés à la retraite existent, individuels ou collectifs. Alternative à ces placements, intéressants surtout pour les actifs fortement fiscalisés qui sont à 10 ou 15 ans de la retraite, l'assurance vie constitue aussi un moyen idéal pour se constituer un capital ou une rente à percevoir le moment venu.

Auteur : Olivier Puren
Responsable éditorial