L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Mode d'emploi de la retraite complémentaire

Les salariés relevant du régime général ont droit à une retraite complémentaire, dite ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). Les cadres disposent, en plus, d'une retraite complémentaire AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres). Ces deux organismes versent un complément de retraite calculé suivant un système de points. Explications.


Quand pourrai-je toucher ma retraite complémentaire ?

Pour percevoir une retraite complémentaire, il faut réunir trois conditions préalables :

- avoir cessé son activité salariée, sauf en cas de retraite progressive et pour certaines professions : assistantes maternelles, professions artistiques, fonctionnaires, militaires...

- ne pas recevoir d'allocation de chômage ni d'indemnités journalières pour maladie,

- avoir atteint 57 ans pour les personnes nées à compter de 1955 ; 56 ans et 7 mois pour celles nées en 1954 ; 56 ans et 2 mois pour celles en 1953 ; 55 ans et 9 mois pour celles nées en 1952.

Attention

Vous pouvez parfaitement liquider et percevoir votre retraite complémentaire AGIRC-ARRCO, tout en démarrant ou en poursuivant une activité non salariée (profession libérale, travailleur indépendant...).

Aurai-je droit à une retraite complémentaire à 100 % ?

Pour percevoir l'intégralité de votre retraite complémentaire, il faut remplir l'une des conditions suivantes :

- avoir atteint l'âge du taux plein automatique pour la retraite de base (65 à 67 ans selon votre date de naissance),

- avoir atteint l'âge légal de la retraite (60 à 62 ans selon votre date de naissance) et disposez du nombre de trimestres requis pour une retraite de base à taux plein (160 à 166 trimestres selon votre date de naissance),

- bénéficier d'une retraite anticipée à taux plein dans le régime de base (carrière longuecarrière péniblehandicap...).

Pour les cadres supérieurs, la retraite complémentaire Agirc tranche C ne peut être liquidée au taux de 100 % qu'à compter de l'âge automatique du taux plein pour la retraite de base (65 à 67 ans). Avant cet âge, elle subit un coefficient d'abattement.

La minoration de ma retraite complémentaire

Si vous demandez le versement de votre complémentaire avant l'âge légal de la retraite (60 à 62 ans), elle sera réduite par un coefficient d'abattement, proportionnel au nombre de trimestres manquants pour atteindre l'âge du taux plein automatique (65 à 67 ans).

Exemple : Patrick est né en 1956. Il demande la liquidation de sa complémentaire en 2013, à 57 ans, âge minimum pour sa génération. Selon la table d'âge AGIRC-ARRCO, son coefficient d'abattement s'élève à 0,43 : si sa complémentaire s'élève à 10000€ par an, il percevra 4 300 € par an. 

Si vous demandez votre complémentaire à partir de l'âge légal de la retraite, sans disposer du nombre de trimestres requis pour une retraite de base à taux plein, vous subirez aussi une minoration, différente selon le nombre de trimestres manquants. S'il vous manque 20 trimestres ou moins, la minoration sera équivalente au plus favorable des deux coefficients suivants : coefficient d'abattement «carrière courte», proportionnel au nombre de trimestres manquants par rapport à ceux exigés pour une retraite de base à taux plein ; coefficient d'abattement «âge», proportionnel au nombre de trimestres manquants jusqu'à l'âge automatique du taux plein. S'il vous manque plus de 20 trimestres, c'est le coefficient «âge» qui s'appliquera.

Exemple : Patrick, né en 1956, parvient à l'âge légal de la retraite (62 ans) avec 148 trimestres validés : soit 18 trimestres manquants par rapport au quota «taux plein» de 166 trimestres requis pour sa génération. Son coefficient de minoration est le plus avantageux entre le coefficient «âge» (0,78) et le coefficient «carrière courte» (0,805). En l’occurrence, il percevra 80,5 % de sa complémentaire théorique. 

Attention ! Des règles spécifiques s'appliquent aux cadres supérieurs qui cotisent sur la tranche C (entre 12 344 et 24 688 € par mois pour 2013). La liquidation des points AGIRC correspondant à cette tranche C doit faire l'objet d'une demande à part. Pour obtenir un taux de liquidation de 100 %, vous devez attendre l'âge du taux plein automatique (65 à 67 ans). Si vous liquidez cette complémentaire tranche C avant, elle sera minorée par un coefficient d'abattement, variable en fonction de votre âge. Et ce même si vous réunissez les conditions d'une retraite de base à taux plein. Seules exceptions : vous pourrez bénéficier d'une retraite tranche C à 100 % avant 65/67 ans si vous êtes reconnu inapte au travail, ancien combattant ou ancien prisonnier de guerre. Dans tous les cas, il n'est pas possible de liquider la retraite AGIRC tranche C avant la tranche B.

Le calcul de ma retraitre complémentaire

Les cotisations Arrco et Agirc sont prélevées sur votre salaire. Elles donnent droit à des points versés sur un compte retraite qui vous «suit» toute votre carrière, quels que soient les changements d'employeur et les évolutions de votre vie professionnelle.

En fin de carrière, au moment de liquider votre retraite complémentaire, le nombre de points accumulés est multiplié par la valeur dite «de service» du point pour obtenir le montant annuel de votre pension ARRCO-AGIRC. La valeur de ces points est revue chaque année, au 1er avril. Au 1er avril 2013, elle s'établissait comme suit : point ARRCO : 1,2513 €, point AGIRC :  0,4352 €

Si vous ne remplissez pas les conditions d'une retraite complémentaire à 100 %, le montant obtenu (nombre de points x valeur du point) est minoré par un coefficient d'abattement (voir ci-contre).

Le montant de votre retraite complémentaire peut également être bonifié : les régimes ARRCO et AGIRC accordent en effet, sous certaines conditions, des majorations familiales aux assurés qui ont élevé des enfants ou en assument encore la charge au moment de la liquidation. Ces bonus n'étaient pas imposables jusqu'à présent. Mais à partir de 2014, les choses changent : les majorations de retraite pour charge de famille deviennent imposables, comme la retraite elle-même !

Exemple : Pierre, cadre commercial, né en 1954, liquide sa retraite complémentaire en septembre 2013, à l'âge de 59 ans et 4 mois. A cette date, il totalise 5 000 points ARRCO et 9 000 points AGIRC. Comme il liquide sa complémentaire avant l'âge légal de la retraite, Pierre subit un coefficient d'abattement, égal à 0,64 suivant la table d'âge AGIRC-ARRCO. Le montant annuel de sa retraite complémentaire s'établira comme suit : ARRCO : 5 000 x 1,2513 € x 0,64 = 4 004 € ; AGIRC : 9 000 x 0,4352 € x 0,64 = 2 507 €. Au total, Pierre recevra une pension complémentaire annuelle de 6 511 €.

Attention ! L’accord national interprofessionnel (ANI) du 13 mars 2013, sur les retraites complémentaires, va réduire le pouvoir d'achat des pensionnés. Selon cet accord, en effet, les points de retraite ARRCO et AGIRC, en 2014 et 2015, progresseront moins vite que les prix à la consommation. Voir notre article : Retraites complémentaires, payer plus pour toucher moins >>

Pour obtenir votre retraite complémentaire, il est recommandé d'effectuer sa demande environ 4 mois avant la date souhaitée pour la liquidation. Vous pouvez effectuer cette demande en ligne, ou en contactant un conseiller retraite du CICAS au 0 820 200 189. A partir du 1er janvier 2014, les retraites complémentaires seront versées chaque mois, et non plus chaque trimestre.