L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
JE M'IDENTIFIE
Suivez-nous
MENU
Retraite > Réforme des retraites > Le rapport 2012 sur le financement des retraites

Retraites : vers un nouveau tour de vis ?

Le dernier rapport du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), paru le 19 décembre 2012, a fait l'effet d'une douche froide à tous ceux qui pensaient réglé, par la réforme de 2010, le lancinant problème du financement des retraites. Selon ce rapport, le déficit du système (tous régimes confondus) serait de 20,8 à 24,9 milliards d'euros en 2020. Or la réforme de 2010 devait normalement garantir un équilibre financier à cette échéance...

Paul Arguin

2/27/13 |
| | | | |

Des hypothèses financières pessimistes

D'où vient cette nouvelle voie d'eau ? De la crise, répond le COR dans son rapport. En faisant grimper le taux de chômage, en amoindrissant la productivité du travail et la croissance de l'activité, la récession restreint l'assiette des cotisations retraite et met à mal le fragile équilibre trouvé en 2010 !

Le COR a donc dégradé les hypothèses de productivité, de croissance et de chômage retenues dans ses précédents travaux pour établir de nouvelles hypothèses financières. Pour anticiper les déficits à venir, il a aussi établi 5 scénarios où varient 3 paramètres : la croissance annuelle de la productivité du travail à long terme; le taux de chômage à long terme; et la croissance annuelle du PIB à long terme.

Pas d'équilibre avant 2040 !

Dans tous les scénarios, même les plus optimistes, les régimes de retraite restent déficitaires jusqu'en 2040.

Le scénario 5 (le plus optimiste) prévoit, à partir de 2030 une croissance annuelle de la productivité du travail de 2 %, un taux de chômage annuel de 4,5 % et une progression annuelle du PIB de 2,1 %.

Le scénario 1 (le plus pessimiste) prévoit à partir de 2030 une croissance annuelle de la productivité du travail de 1 %, un taux de chômage annuel de 7 % et une croissance annuelle du PIB de 1,1 %.

En 2040, l'ampleur du trou financier varie de 1 à 10 selon l'hypothèse retenue : de 7,8 milliards (scénario le plus optimiste) à 74,3 milliards d'euros (scénario le plus pessimiste).

Dans le scénario "moyen", le déficit annuel des régimes de retraite, à partir de 2020, reste relativement constant, autour de 27 milliards d'euros en moyenne. Ce scénario prévoit une progression annuelle de la productivité de 1,5 % à partir de 2020, une croissance annuelle du PIB de 1,9 % entre 2020 et 2030, puis de 1,6 % au delà. Et un taux de chômage de 7,6 % en 2020, de 4,8 % en 2030, puis de 4,5 % à partir de 2040.

Dans le scénario le plus optimiste, les régimes de retraite deviennent excédentaires en 2050, et dégagent un excédent global de près de 25 milliards d'euros en 2060.

 

Toutes ces hypothèses sont faites à législation constante, et à rendement constant des régimes AGIRC et ARRCO.

Les solutions possibles

Face à l'augmentation des besoins de financement provoquée par la crise, à court et moyen terme, le COR propose une combinaison de 3 solutions, visant une nouvelle fois à restaurer l'équilibre financier du système en 2020:

OPTION 1 : augmenter le taux des cotisations prélevées sur les salaires,

OPTION 2 : réduire le montant des retraites, autrement dit diminuer le rapport entre pension moyenne nette et revenu moyen net d'activité,

OPTION 3 : repousser encore l'âge effectif du départ en retraite, modifié en dernier lieu par la réforme de 2010.

Les efforts à faire par les actifs

Le COR a estimé le seuil applicable à chacune de ces options pour qu'elle puisse à elle seule assurer l'équilibre financier du système à l'horizon 2020, 2040 ou 2060. Et ce dans l'hypothèse d'un scénario économique "moyen" (voir ci-dessus).

En utilisant le levier "âge effectif du départ en retraite", il faudrait que celui-ci augmente de 9 mois par rapport à son niveau prévu en 2020. Donc de 1 an et 9 mois par rapport à 2011.

En utilisant le levier "montant des retraites", il faudrait que celui-ci diminue de 5 % par rapport à son niveau prévu en 2020, donc de 20 % par rapport à 2011...

Vers une nouvelle réforme ?

Les prévisions du COR rappellent que le modèle français de financement des retraites est extrêmement sensible au taux de croissance économique. Que celui-ci plonge, et un déficit en milliards d'euros apparaît aussitôt.

Le rapport semble donc préparer le terrain à une nouvelle réforme, un nouveau durcissement des conditions de retraite.

Le diagnostic du COR servira en effet de base aux travaux d'une commission d'experts, au début de cette année, laquelle proposera ensuite des pistes de réforme.

Ces pistes seront soumises à la concertation entre partenaires sociaux, prévue pour le printemps 2013, avant d'éventuelles mesures législatives en fin d'année.

En attendant, les sombres perspectives établies par le COR doivent vous inciter à anticiper et rechercher des solutions pour profiter d'un complément de retraite le moment venu.

 

Auteur : Paul Arguin
Journaliste